Accueil | Actualités | Expositions | La V.R.A.C. | Médiation | Édition

Saison 10

 

Vanessa NOTLEY

Les Marquises, une paire

 

du 22 novembre 2019 au 31 janvier 2020

 

Au XVIIIème siècle « une marquise » était, entre bien d’autres choses, un large fauteuil, parfois en demi-canapé donc à deux places. Datant de la même époque, ce qu’on appelle « un fauteuil de bureau » possède la particularité d’avoir ses quatre pieds disposés en forme de croix, l’un étant fixé au milieu de la traverse de face. La forme de l’assise de n’importe quel siège impose à la personne qui s’y assied une certaine posture (ainsi, la marquise favorise l’étalement et le fauteuil de bureau l’écartement des jambes), et la posture impose une attitude.

En anglais le mot splay est précisément employé pour désigner cet écartement de jambes et peut se traduire en français par « écarter, étaler ou évaser ». Le mot display désigne à la fois l’étalage (les choses) et exhiber (le faire) et peut être aussi traduit par « déployer » et « parader ».

Je play donc avec splay et display. Les Marquises, fabriquées en acier noir et en fil de cuivre, ont été conçues et créées pour prendre place à la V.R.A.C. Les fils rouges sont tissés à travers les trous afin d’ajouter un aspect et un volume velouté et flouté, mais aussi épineux et hérissé, de sorte que leur présence empêche toute assise. Installées derrière une vitrine, Les Marquises nous suggèrent tout à la fois la possibilité et l’impossibilité d’y assumer une certaine posture et une certaine attitude.

Vanessa Notley, 5 novembre 2019

(Remerciements : Oxyd-Atelier à Villeneuve-lès-Maguelone et Martine Courtois)

 

entretien avec Vanessa Notley par Nicolas Wöhrel pour Radio Larzac à Millau, le 22 novembre 2019

D’origine écossaise, Vanessa Notley a vécu, étudié et travaillé aux États-Unis, en France, en Allemagne et en Chine. Depuis 2010, elle vit à Sète où elle enseigne à L’École des Beaux-Arts et au Musée International des Arts Modestes.

source et site internet : https://vanessanotleybeijing.weebly.com/

 

crédits photographiques : (1) Vanessa Notley (2) V.R.A.C